Now Reading
Quand la marque sénégalaise Tongoro habillait de nouveau Beyoncé pour son clip

Quand la marque sénégalaise Tongoro habillait de nouveau Beyoncé pour son clip

BLÉ POCKPA
  • les tenues de la marque de Sarah Diouf ont été aperçues dans le clip "Spirit" de Beyoncé
  • On y retrouve un ensemble à imprimé noir et blanc du nom de "Bamako", les boucles d'oreilles "T" et le bijou de visage "Cairo"
  • La créatrice n'a pas pu retenir sa joie !
  • Une petite polémique tuée dans l'oeuf ?

On n’a plus du tout à vous présenter Tongoro la marque de la Sénégalaise Sarah Diouf lancée en 2016. Rappelez-vous, Tongoro signifie les « étoiles » dans une langue centrafricaine. Dorénavant, le label qui se veut éthique et accessible habille régulièrement l’une des plus grandes stars de la musique : Beyoncé.

Ça a commencé lors de ses vacances de Queen Bee, en juillet 2018, elle arborait fièrement un ensemble de la marque. Quelques mois plus tard, elle remettait deux fois des tenues de la marque lors de son concert en Afrique du Sud. L’adoption de Tongoro par Beyoncé est une action de la styliste américaine Zerina Akers. C’est d’ailleurs à elle que l’on doit de nombreux styling de la Queen dans ses clips, sur le tapis rouge ou lors de ses apparitions publiques.

En parlant de clip, on a aperçu récemment l’ensemble « Bamako » de la toute nouvelle collection de Tongoro dans « Spirit », le single de la B.O. du Roi Lion. Beyoncé y porte un ensemble noir et blanc du nom de « Bamako », avec un durag issu du même imprimé, les boucles d’oreille « T » et le bijou de visage « Cairo ».
La créatrice s’est empressée de partager des images des pièces de sa marque qui y ont été « spotées » sur ses réseaux sociaux. On y découvrait en même temps les créations en cauris de l’Ivoirienne Lafalaise Dion. C’est quelque chose d’assez intéressant, car Tongoro signait « sold out » quelques instants plus tard ! C’est ce que j’appelle « L’effet Beyoncé » : ou comment une mega star peut vraiment pousser à l’achat avec son influence et son statut de fashion icon.
Par contre j’ai remarqué quelque chose d’inhabituel. Lorsque l’on s’extasiait tous, et qu’on partageait la joie à propos de ces africaines qui venaient de faire une collaboration totalement inédite. Une jewerly designer américaine du nom de Nina Berenato s’est généreusement approprié le travail de Tongoro avec les face piece. Allant jusqu’à les renommer « Lioness », et les vendre à 80 dollars sur son site…

« They ASKED to MAKE, CUSTOM FACE PIECE »

Nina Beretto expliquera dans un post Instagram ( que vous pourrez lire ci dessous) que l’équipe de stylistes de Beyoncé lui aurait demandé, de produire des pièces personnalisées…

« Il y a deux semaines, depuis mon showroom, il m’a été demandé de produire dix bijoux de visages pour un clip de Beyoncé a venir… J’avais juste un jour pour les faire, une fois envoyé on ne savait plus du tout s’ils avaient été utilisés ou pas… Ils sont disponibles sur mon Eshop »

Juste après un post de Zerina Akers créditant un look total de Beyoncé en Tongoro, qui incluait d’ailleurs  le fameux bijou de visage du nom de  « Cairo », on comprendra via le communiqué de la marque basée à Dakar que l’équipe aurait préféré contacter un autre designer pour reproduire « rapidement » les pièces destinées aux danseuses…

 

Ethiquement correct ? Non-non non ! D’autant que Nina Berenato commercialise sans scrupules les reproductions alors qu’elle avait été commissionnée par un « client » . Qui du contrat d’exclusivité qui obligerait Nina a ne pas communiqué et encore moins vendre ces produits ?

On a clairement voulu « tuer le discours dans l’œuf », comme on le dit chez moi en Côte d’Ivoire, car je pense que ç’aurait été plus simple, plus honnête de demander à Sarah Diouf de produire plus de pièces ou en fonction du stock disponible d’en envoyer …

Pour rappel, une autre créatrice avait déjà attaqué Sarah Diouf pour plagiat, elle s’est elle-même empressée de justifier sa narration du bijou de visage qu’elle avait produit comme un hommage aux Woodabe, lors du festival Gerewol, j’en parle d’ailleurs ici

View this post on Instagram

Quite a few people have asked me about the original designer of this face piece, so I created this grid of info! ——————————————————————————•Square 1 is Dutch born designer Gijs Bakker who studied and worked in Sweden, he is the earliest designer I could find (please see my previous post for more info on him) •Square 2 is Sarah and Sebastian (NYC) who created this for Australian designer Dion Lee’s runway show back in 2016. •Square 3 is a Kenyan artist, Theresia Tracy who created a version in 2018 •Lastly are myself (Austin) & Tongoro studio (Senegal) who created these for the Beyonce Spirit video this summer. AND the design was also featured in Tongoro’s May runway show! I am definitely not the original designer of this piece, nor have I ever claimed to be. Just that I had the opportunity to create these for the newest Beyonce video and seeing them on the big screen was freaking awesome!!! Cheers to all the makers who came before me. Thank you for paving the way ❤️

A post shared by NINA BERENATO 📍Austin (@ninaberenato) on

Side note : La créatrice de bijoux Nina Berenatto a finalement fait un démenti, elle a tenu à clarifier les choses concernant sa collaboration avec l’équipe de Beyoncé, tout en expliquant qu’elle n’avait rien inventé. Avec un collage des différents designers qui avaient déjà fait le même bijou, dont Tongoro. C’est finalement tout ce que l’on demandait, de la transparence. 

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top