Now Reading
Diana Ronsin, présidente de l’AJCA souhaite « fédérer les jeunes talents et développer leurs capacités. »

Diana Ronsin, présidente de l’AJCA souhaite « fédérer les jeunes talents et développer leurs capacités. »

BLÉ POCKPA
  • La présidente de l'association des jeunes créateurs africains livre la vision de l'organisation qu'elle vient de lancer
Diana Ronsin, présidente de l'AJCA souhaite "fédérer les jeunes talents et développer leurs capacités."

Pourquoi avoir créé l’association des jeunes créateurs Africains ?

L’association des jeunes créateurs africains tire sa source d’une idée centrale :  » Ensemble, on est plus fort.  » Je crois que les jeunes créateurs ivoiriens ont énormément de talent. Ce sont eux, qui demain porteront la mode ivoirienne. Mais la réalité est que ces jeunes ont besoin de moyens aussi bien techniques que financiers mais ils ont aussi besoin de conseils et de coaching pour faire ressortir le meilleur en eux. Si chacun reste de son côté, il réduit considérablement ses chances d’avancer. Au sein d’une association, nous pouvons unir nos forces, nos intelligences et mobiliser des moyens pour aider nos jeunes créateurs. C’est aussi un moyen pour moi de contribuer au rayonnement de mon pays en tant que Femme et Citoyenne.

Quel est le but premier de l’association ?

Le but premier de l’association est de fédérer les jeunes talents et développer leurs capacités. Car nous croyons qu’ainsi, ils pourront mieux saisir les opportunités.

Ne pensez-vous pas que le nom de l’association pourrait être abusif ?

Nous avons pensé ce nom en nous projetant sur une longue période. Toute entité ou structure est amené à croître. Nous sommes en Côte d’Ivoire. C’est un départ. Mais notre vision englobe toute l’Afrique. Ce nom n’est pas abusif, il exprime notre volonté. Le lendemain de la conférence de presse, j’ai lancé un appel à tous les jeunes créateurs ivoiriens et de la sous région. Mon inbox est déjà plein de messages. 

Comment pensez-vous rallier les jeunes créateurs à votre cause ?

Nous défendons une cause noble. Vous savez, les jeunes savent l’importance des associations mais ce qu’ils recherchent c’est la valeur ajoutée qu’ils auront en intégrant une association. Nous sommes conscients de cette donnée et elle est au cœur de notre démarche. Par le travail que nous abattrons, nous aurons la confiance de nos jeunes créateurs.

Un fond de financement et d’accompagnement sera-t-il initié ?

L’idéal serait d’avoir un fond de financement. Disons un budget annuel dédié exclusivement au financement de la mode et de la création. Nous n’en sommes pas encore là. Il ne faut pas oublier que nous sommes une structure naissante. Le chemin se fait en marchant. Nous y arriverons. Pour l’instant, nous pouvons compter sur des partenaires et des personnes de bonnes volontés qui nous accompagnent.

Quels sont les projets à venir avec l’AJCA ?

Les projets prochains pour AJCA sont d’abord à court terme d’organiser une réunion générale avec tous les jeunes créateurs inscrits en ligne. A moyen terme, on aura des réunions mensuelles pour cerner les difficultés rencontrés par les créateurs, à moyen terme des cours de formation en couture, sur le micro-crédit, sur l’organisation d’un défilé de mode, sur l’organisation d’un événement de mode, sur la gestion de la clientèle etc…
La prochaine réunion sera d’ailleurs spécifiquement à l’adresse des jeunes créateurs.
Photo de famille à la fin de la conférence de presse de l’AJCA

Pourquoi avoir fait intervenir des membres d’honneur lors de la conférence de presse lancement de l’Association des Jeunes Créateurs AJCA ? Il n’y avait pas jeune  créateurs dans le panel, On aurait aimé les voir intervenir et partager cette vision commune.

Les jeunes créateurs étaient bel et bien présents, il y avait par exemple Palyn Fantini, Lian Création, Moses By Style entre autre.
En tant que présidente de cette nouvelle association naissante, il était important de montrer à la presse et à la communauté internationale que AJCA est très bien encadré par des personnes telles que Mme Kouassi Blé qui représentait le Ministère de la Culture et de la Francophonie, elle est la responsable du département mode. Il faut savoir que nous dépendons de ce ministère qui notre ministère de tutelle. Son allocution a été axée sur le fait de s’organiser et de s’unir. La seconde personnalité était Mme Billion Gomis Henriette Directrice Communication du groupe Sifca qui n’est plus à présenter (c’est une entreprise qui compte 33.000 salariés). Mme Billon Gomis Henriette est une personnalité incontournable lorsqu’on parle de Créateurs en Côte d’Ivoire et dans le monde. Avoir un membre d’honneur de cette trempe ne peut qu’être bénéfique à AJCA. Mr Hamed Koffi Zarour est le Président de l’ONG AGIR pour la Côte d’Ivoire est non seulement un défenseur de l’entreprenariat en Côte d’Ivoire mais aussi un fin connaisseur du monde du commerce international et de l’agro industrie Dans nos invités, vous aviez aussi Mme Agnimel Justine Magistrat hors Hiérarchie qui va nous épauler et nous conseiller sur le volet juridique. C’est vous dire que cette association est encadrée par des personnes sérieuses qui ne sont peut être pas issue du milieu de la mode mais c’est justement des regards extérieurs que AJCA voulait inclure dans ce secteur qu’est la mode. Pour mieux nous organiser et mieux nous vendre.

Quelle est votre lecture personnelle de la mode ivoirienne ?

La Côte d’Ivoire est un carrefour important de la mode, en partant de ce constat nous devons être unis et solidaires afin de former un bloc vers d’autres. Nous avons des précurseurs qui ont hissés haut le flambeau de la mode ivoirienne et aujourdhui c’est un devoir pour les jeunes créateurs ivoiriens de la hisser plus haut.
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top