Now Reading
Faites entrer le designer : 5 questions à Nackissa

Faites entrer le designer : 5 questions à Nackissa

BLÉ POCKPA
  • Colorée, moderne et dans l'air du temps : une mode taillée à l'image de Nackissa. Celle pour qui le Batik n'a plus de secret.

Deux ans après l’ouverture de son tout premier  showroom, le label « Nackissa » continue discrètement son expansion. Conversation avec la styliste.

En quelle année as-tu lancé ta griffe ?

la marque Nackissa a été lancée officiellement en 2009. J’ai commencé quelques années plus tôt, mais c’est en 2009, que les choses ce sont réellement mises en place; et ont commencé à être fonctionnelles. Je t’annonce donc,mon cher BLÉ que la marque Nackissa fête ses 10 ans cette année ! 

Pourrais-tu expliquer ton amour pour le Batik ?

Le Batik ! Notre histoire d’amour a débuté lors d’une balade à Grand-Bassam. Je suis tombée sur cette superbe toile signée « Ambroise« . Je suis restée plusieurs minutes immobile, comme hypnotisée par ces magnifiques couleurs, cette simplicité. Toute l’Afrique y vivait . Il y avait de la joie, il y avait de la vie , des couleurs de la chaleur, les personnages représentés y étaient si accueillants … Ce fut le coup de foudre. J’ai , comme tu peux t’en douter, quitté le marchand en lui arrachant littéralement son œuvre d’art des mains. Je devais l’avoir c’est sûr mais je n’avais pas envie de l’accrocher vulgairement sur un mur de la maison. Il fallait que cette œuvre vive . Tu dois connaître la suite ! Après des recherches, des visites aux artisans, ces grands artistes, de longues heures pour comprendre le procédé studieux de fabrication. J’étais prête !

Création Nackissa / Crédit photo : DR

Pourquoi travailler exclusivement cette matière ?

J’ai compris que c’était LA matière qu’il me fallait, MA matière. Pour faire court, le batique représente l’Afrique dans tous les sens. C’est du 100% made in africa, par les africains.

On reste tout de même curieux par rapport à ton parcours académique, as-tu fait des études de mode ?

J’ai fait des études de mode…. Disons que j’ai commencé ici à Abidjan à l’Institut Supérieur des Industries du Vêtement (ISIV) qui a malheureusement dû fermer ses portes quelques années après parce que jugée trop chère pour des études de « Couture« . Après une année de formation en stylisme et modélisme et un stage dans la société challenger Wrangler,  j’ai décidé de poursuivre mes études dans la ville de la mode : Paris.
Je me suis inscrite à FORMAMOD cette école qui m’a tant apporté. J’y ai suivi un parcours sans fautes,  ponctué d’accès dans les coulisses ou même en stand up des défilés des plus grandes marques… C’était la folie. À l’époque les selfies n’existaient pas encore…. C’est bien dommage (rires). Je me souviens encore de mon dernier dossier de fin d’études : Les asymétries et celui de l’examen: le TrenchCoat. Brillamment validés !

See Also

Nackissa, tout sourire !

Tu t’es aussi occupée  de la production locale de Wrangler…

A la fin de mes études,  j’ai été contactée par le directeur de Challenger qui avait apprécié, semble t il mon travail en tant que stagiaire au sein de la société quelques années auparavant. Il y avait une place de styliste vacante. Je suis donc rentrée à Abidjan pour rejoindre mon poste de styliste qui m’y attendait . Je n’ai pas emporté que de beaux souvenir de cette société mais l’expérience acquise surtout en matière de Prêt à Porter (de la conception jusqu’à la distribution en passant par la production) est énorme. Ce fut une superbe expérience. Je n’en regrette rien.

Quel est le nom et l’esprit de ta nouvelle collection ?

Création Nackissa / Instagram Famas

Ma dernière collection est juste ma réponse à une question. C’est en regardant certains ex révolutionnaires à la tête de certains états que je me suis posée cette question: que seraient devenus les Black panthers ? Je me suis amusée à les imaginer. Des révolutionnaires plus vraiment convaincus qui auraient gardés certains symboles de la lutte et surtout leur élégance. Ils se seraient enrichie. De cette richesse un brin de folie seraient apparu…. enfin voilà en gros d’où est parti l’esprit de ma dernière collection… juste une question. Pas de nom pour ma collection mais si elle devait en avoir un ce serait : « Juste une question »