Now Reading
Et si on repensait  l’Afrik Fashion Show ?

Et si on repensait  l’Afrik Fashion Show ?

BLÉ POCKPA
La 13 èdition d’Afrik Fashion se tenait le 17 Novembre dernier…

En 13 ans, l’Afrik Fashion Show s’est illustré comme l’un des événements mode majeur à Abidjan. Une belle réponse au manque véritable de scène  d’expression, pour les créateurs ivoiriens et ouest-africains à une époque certaine.

D’avant à maintenant, j’ai porté un regard sur cet événement. J’ai aussi décidé de me prononcer sur les idées qui pourraient former son évolution.

 

Afrik Fashion avant

Du rêve, des strass et des paillettes. A une époque où des créateurs tels que Gilles Touré étaient en pleine ascension. Cet événement s’inscrivait dans une logique novatrice mais simple : donner de la visibilité aux designers locaux et à  certains  artisans créateurs qui ont fini par être « sacralisés » au fil des ans. Sur la même scène  rassembler des talents de couture d’ici et d’ailleurs. Tout en offrant au public ivoirien du divertissement de qualité, et ça marchait. Les gens voulaient du spectacle, ils  payaient pour voir ça.

Afrik Fashion maintenant

Isabelle Anoh, promotrice de cet événement semble avoir été  prise  au jeu du succès et de la notoriété. Jouant à présent  la carte du confort. Le risque de se lancer en terres inconnues est astucieusement esquivé. Mais il y’a un revers. La redondance est fatalement arrivée. D’années en années, la même recette est servie au public qui finit par se lasser. La mayonnaise ne prend plus, il faut changer les oeufs.

La question de l’innovation

La grande question du divertissement lors des événements mode à Abidjan est de plus en plus récurrente. Je pense que la Côte d’ivoire, petit pays francophone a le droit  d’avoir une place de choix sur l’échiquier de la mode Africaine. On pourra y arriver si certaines choses changent.

Pour repenser Afrik Fashion Show, voilà ce que je propose :

-Le concours Dessine-moi est une belle idée mais après ?   Qu’est-ce que cela apporte aux participants ? Ils finissent par sombrer dans l’oubli… Pensons à un fond que l’on pourrait accorder aux jeunes créateurs ou stylistes ivoiriens avec un accompagnement actuel qui permette de mettre sur pied leur griffe. Ce fond pourrait être gracieusement offert par un sponsor, une banque par exemple, une marque de boisson ?

See Also

—Dispatcher cet événement sur deux jours ou 3 à l’instar d’une Fashion Week et changer le nom d’Afrik Fashion Show en Afrik Fashion Week. En fait c’est ce qui fait la faiblesse de cet événement, il est réduit à une simple soirée. Ce qu’il faut penser, c’est où et comment est-ce que les créateurs pourraient se faire des contacts, comment est-ce qu’ils pourraient avoir des opportunités, des collaborations ? Rencontrer des acheteurs ? Et bien sûr ; aménager un espace de vente pour rendre toutes les créations accessibles au public.

-Un événement mode avec une scène plus jeune, l’effort a été fait cette année je le salue au passage ! Mais il y’a une scène très créative que j’observe à Abidjan mais que je ne retrouve pas là-bas… Pour la simple raison qu’ils ne jugent pas cet événement d’intérêt pour eux. Au fond, ils n’ont pas tord. Parce que ça ne leur apporte rien de concluant, et ils finissent par se constituer en niche, sont reconnus à l’étranger, par un public plus averti.

Il faut rassembler véritablement tous les acteurs de la mode locale mais surtout de la mode AFRICAINE, cet événement ne devrait pas tirer le nom de notre si beau continent de façon abusive. A Afrik Fashion Show, on demande la Côte d’Ivoire qui lance les tendances, le Sénégal, le Nigeria, le Maroc, l’Afrique du Sud, le Congo, Le Tchad…

Afrik Fashion Show peut prouver que la mode peut soutenir véritablement l’économie du pays, le véritable combat est de sensibiliser les populations à la culture de l’achat avec des produits accessibles à toutes les bourses ( c’était d’ailleurs le thème de cette année mais… soit)