Zara en Côte d’ivoire ? Ce que vous ne savez pas…

Zara vient d’ouvrir une lucarne digitale auprès des pays ouest-africains…

Le géant de la Fast Fashion espagnol fait son arrivée dans les pays ouest-africains où il compte un nombre intéressant d’aficionados. Le jeudi 8 Novembre dernier, le groupe Inditex, société regroupant les marques Zara, Bershka et Massimo Dutti a annoncé la nouvelle via un communiqué. Mais qu’est ce que ça représente ? Faut-il craindre pour les designers locaux qui peinent encore à faire vendre leurs créations ? Certains points importants a éclaircir. J’ai pris la peine de les énumérer

Zara n’ouvrira pas de boutique en Côte d’ivoire

Si c’est ce que vous avez cru, vous êtes invités à lire intégralement les articles que vous avez l’habitude de relayer sur les réseaux sociaux. « L’arrivée » de Zara en Côte d’ivoire concerne exclusivement le digital, c’est à dire que leur store en ligne dispose dorénavant d’une géolocalisation qui cible des pays africains comme la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’Angola et le Sénégal.
Vous pourrez à présent commander des vêtements, des chaussures, et des accessoires de la marque sur son site en vous faisant livrer sous 3 à 7 jours.Les prix restent en EUROS. Et il n’est surtout pas question de fins de séries, le choix est totalement large et libre. Mais attention, il faudra prévoir un petit pécule pour les frais d’expéditions qui ne sont naturellement pas pris en charge.

Zara, une menace pour l’industrie locale ? 

Une implantation stratégique ? 

Le choix du digital pour l’implantation dans ces pays africains est totalement stratégique, car ils visent une certaine  « émergence ». Inditex teste en fait le marché afin de voir quelle part pourrait lui apporter le plus de profit. Dans un an ou deux, ne soyez pas surpris qu’un showroom Zara ouvre dans une des villes de ces pays Africains ciblés où les commandes en lignes auront connus le plus grand succès.
Il y’a néanmoins un point d’ombre : les consommateurs locaux n’étant pas totalement familiarisés avec les systèmes d’achats en ligne qui nécessitent une carte visa…. Il y’a un problème d’accessibilité qui pourrait se poser.

 

Un risque de concurrence face aux créateurs locaux ?

Les créateurs locaux n’ont aucune raison de s’inquiéter… pour l’instant. Il existe déjà un large choix de boutiques et concept stores propre aux designers à l’instar de Dozo ou encore Couleur Concept qui conviennent à toutes les bourses. Face à un public averti le choix entre mode durable et fast fashion est fait. On se tournera objectivement vers l’inédit et l’originalité qui dure plutôt que quelque chose qui perd du poids et s’use avec le temps.
Le manque de scrupules de ces grandes enseignes est tout de même notoire. Quoiqu’on en soit encore loin, de ces jours potentiels où elles décideront de se lancer dans la mode du Made in Africa et de vendre à cette intention.
Il faudrait que les gouvernements africains pensent à fédérer des lois qui protègent l’artisanat et la mode locale contre ces gros »monstres »…

On aimerait savoir votre avis sur le sujet ! 

Réagissez en commentaires sous cet article ou sur mon compte Twitter @BLEPOCKPA

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2020 BLÉ POCKPA TOUT DROITS RÉSERVÉS