Now Reading
Qui sont les It girls africaines ?

Qui sont les It girls africaines ?

BLÉ POCKPA

A l’ère du « like » frénétique et de la déferlante des « stories », une nouvelle génération de femmes africaines s’impose sûrement avec ses codes sur la toile : Elles sont créatrices de mode, directrices artistiques, mannequins… Ce sont des lanceuses de tendances au nombre astronomique de followers sur les réseaux sociaux, habituées des « fashion weeks », du « Streetstyle » et des « Best dressed list » des meilleures plateformes de la blogosphère mode internationale. Elles ont une longueur d’avance, et nous leur proposons un second statut, celui de It Girls.

 Julia Sarr-Jamois

La rédactrice de magazine de mode 


Né d’un père sénégalais et d’une mère française, Julia Sarr-Jamois a ait ses débuts dans la mode en tant que mannequin avant de rejoindre la rédaction  de I-D où elle termine senior fashion editor ! Inutile de préciser qu’elle est familière de la culture du streetstyle.

Oroma Elewa- 55,6 k followers

La performeuse 

Oroma Elewa, la performeuse
On la prends souvent pour un désigner ou un mannequin … Mais il en est rien ! Même si Oroma est une véritable îcone mode-témoigne son look démesurement vintage aux codes 90’s et son magazine Pop’Africana qui a marqué les esprits. Oroma se revendique haut et fort artiste de performances. Elle écrit, elle joue, elle chante et puis, elle est drôle !
 

Sarah Diouf,  Sénégal – 136k followers

Digital woman

Sarah Diouf – Digital woman
Née à Paris, la sénégalaise Sarah Diouf passe son enfance à Abidjan avant de regagner la France pour ses études supérieures. En 2009, en grande amoureuse de mode et de l’Afrique, elle lance son premier magazine digital dénommé Ghubarpromouvant la beauté et la créativité dans toute sa diversité. Deux ans plus tard, après plusieurs prix et expériences glanés, un second média semestriel  dédié aux femmes de couleurs voit le jour : Noir Magazine. Mais Sarah n’excelle pas seulement dans l’Edition, elle est également la fondatrice de Tongoro, une marque de vêtements ethniques – production 100 % made in africa. On peut vous assurer que son  récent « Benn seau rek » bag, sera le must have de toutes les  fashionnistas.

Didi Stone Olomide , Congo – 103k followers 

La « fille de »

La fille de Koffi Olomidé
Pendant plus de 30 ans, son père Koffi Olomidé a fait danser le Congo et toute l’Afrique avec son fameux groupe «  le quartier latin ». C’est au tour de Didi de faire ses preuves, néanmoins dans un univers différent, celui de la mode. La jeune femme du haut de ses  16 ans, quand elle ne donne pas des cours de selfies sur le site du Vogue américain, joue avec son prix de la plus belle femme de la diaspora, avant de courir poser pour des editos mode !

Loza Maléombho , Côte d’ivoire – 571k followers 

L’artiste

View this post on Instagram

#AEselfiestories #Alienedits « Nesting »

A post shared by Loza Maléombho (@lozamaleombho) on


Après huit collections inspirées de ses origines multiculturelles, la créatrice Loza Maléombho n’est plus à présenter. Elle a réussi à hisser haut son nom sur la scène de la mode internationale. Plébiscitée par Solange Knowles, sur son site Saint Heron, elle est également connue pour Alien edits, sa série d’autoportraits présentée exceptionnellement sous forme d’exposition après son succès sur Instagram  le 16 juin dernier à la Louisimone Guirandou Galery à Abidjan.

Asiyami Gold , Nigeria – 122k followers 

La créatrice de contenu


Tantôt créatrice de mode pour sa ligne de womenswear,  tantôt styliste, blogueuse, critique culinaire, directrice artistique, ou modele photo, cette adepte du storytelling est  une touche à tout ! Faites donc un tour sur son compte instagram, elle vous fera voyager grâce à ses looks parfaits , ses photographies hyper HD et ses mini-documentaires autour du monde, car Asiyami est aussi un pigeon voyageur !

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top